FANDOM

1,928,234 Pages

Comme une fleur qui fleurit à l'arrière d'une ruelle étroite, personne ne s'en ai aperçu quand l'amour fleurit.

Bien que tu étais toujours près de moi, à une distance que je pouvais atteindre,
Je t'ignorais car je baissais la tête.

Un trou béant s'est ouvert sur les moments passés avec toi. Je n'ai pas pu faire disparaître tes larmes ce jour-là,
Je me souviens, je ne pourrai jamais l'oublier !

Hé, tu te rappelles ? Hé, peux-tu m'entendre ? J'y pense encore aujourd'hui comme de par le passé.
Hé, même ta voix et tes gestes, je m'en rappelle encore.

Ces sentiments que je n'ai pu avouer mettent à nouveau mon cœur en désordre ;
Je me demande : hé, cette tristesse aussi, un beau jour se transformera-t-elle en sourire ?

La lune flotte brumeuse au-dessus des rues qu'assombrit le crépuscule, t'enveloppant doucement dans une couleur violette.

Je sais qu'il est trop tard pour faire quoi que ce soit mais comme je ne sais pas non plus quoi faire, j'ai les idées dures et me souviens de toi encore dans une lettre d'amour brouillée de mes larmes.

Nous verrons nous jamais à nouveau ?
Disons par exemple, quand le temps aura amenuisé cette souffrance ?
Hé, je veux te revoir, même si ce n'est que par le simple fruit du hasard, peu m'importe !

Le cœur un peu dévasté sa chaleur tombe en pluie. Le gin pénétrera ma poitrine, je chanterai mon désarroi dans une chanson pour toi.

Hé, je veux te voir
Hé, on ne peut pas ? Alors que je pense si fort à toi...
Hé, même ta voix et tes gestes, je m'en rappelle encore.

Je n'ai pas pu dire non plus mes sentiments, là regarde, délicatement enveloppés dans un poème d'amour…
Même cette tristesse, hé, elle se transformera à en sourire, non ?