FANDOM

1,940,678 Pages

StarIconGreen
LangIcon
Une Voix Me Dit "Fait Le"

This song is by Sat L'artificier and appears on the album Second Souffle (2008).

C'est de l'enfer des pauvres qu'est fait le paradis des riches
Les hommes se distinguent par ce qu'ils montrent
Mais se ressemblent tous par ce qu'ils cachent
Médite sur ça, médite sur ça

N'y vois rien d'étrange, j'passe mon temps à gamberger
Normal trop longtemps la rage et la peine j'ai hébergé
Le rap c'est le peu qu'j'ai pour émerger
Mais faute de pas tourner sur NRJ on passe en boucle chez les RG
Tout perd son charme, le monde est agressif
Les gens s'arment et pour rien arranger le ghetto sniffe
Sous pression, l'État s'veut plus répressif
Mais ça empêche pas nos rues de voir grossir leurs effectifs
Là d'où j'viens ça sent la colère
Normal y'a trop d'misère autour y'a trop d'échec scolaire
Trop d'pères en prison, trop d'gens oppressés
Trop d'mères en dépression quand leurs garçons ou leurs maris passent en procès
Moi dans tout ça j'sais plus trop où m'situer
Mais j'dormirais p't-être mieux avec un feu sous l'oreiller
Des liasses dans mon matelas et ma famille à l'abri
Malheureusement j'sens qu'c'est pas pour dans cette vie

Trop d'idées louches dans l'esprit
Une voix m'dit "fais-le, fais-le, fais-le fric avant d'être fini"
Faut prendre des risques dans la vie
Une voix m'dit "fais-le, fais-le, fais-le vite j't'aurais averti"
Un seul pied dans la musique
Une voix m'dit "met-le, met-le deuxième avant qu'ça s'complique"
Le ghetto ça sent l'roussi
Une voix m'dit "fuis-le, fuis-le, fuis-le, fuis-le"

J'veux connaître la vie, ouais la vraie, pas celle qui pue la défaite
J'ai trop vu la misère sous mes fenêtres
Frère j'veux m'en sortir mais j'perds patience
Plus j'vois passer l'temps et plus j'me dis qu'j'ai du rater ma chance
J'en accumule les mauvaises pensées
Mais les miens n'seraient guère plus avancés si j'venais à me faire pincer
Il préfèrent m'savoir dans le rap à faire des morceaux
Plutôt qu'au coin d'une rue en train d'écouler p'tits et gros morceaux
Et moi tu crois qu'j'préfère pas être derrière un micro
Qu'devant des fourneaux avec de la résine et un couteau
Avec mon part'naire qui m'dit vite vas-y coupe coupe
Et des clients qui t'réclament toujours des plus gros bouts
Le seul problème c'est que la musique c'est précaire
Si j'retourne au charbon c'est qu'j'aurais perdu ma guerre
Là, j'me risquerais à faire comme toujours
D'ici-là, à moi d'réussir où d'autres échouent

Trop d'idées louches dans l'esprit
Une voix m'dit "fais-le, fais-le, fais-le fric avant d'être fini"
Faut prendre des risques dans la vie
Une voix m'dit "fais-le, fais-le, fais-le vite j't'aurais averti"
Un seul pied dans la musique
Une voix m'dit "met-le, met-le deuxième avant qu'ça s'complique"
Le ghetto ça sent l'roussi
Une voix m'dit "fuis-le, fuis-le, fuis-le, fuis-le"

Au plus vite mon instinct m'dit de faire du blé
Car pour forcer le destin faut plus qu'une voiture bélier
Faut écouter son cœur, suivre son flair
Peu importe le chemin qu't'as fait, vois celui qui te reste à faire
Hier c'est hier, demain se joue aujourd'hui
Je persévère, parce qu'après le beau temps revient la pluie
Viens pas sucer mon temps, j'en ai ni à perdre ni à vendre
Maintenant qu'j'ai des ventres à nourrir, c'est plus comme avant
Question bonne humeur, reviens un autre jour
Quand les poules auront des crocs, j'te tendrai peut-être mon autre joue
Eh ouais mon chou, comment veux-tu qu'j'trempe ma plume dans les bons sentiments
Cette époque n'est que crimes et châtiments
Moi j'te le dis gentiment, tous prendront pas mes pincettes
Notamment ceux prêts à tuer pour de l'eau et du pain sec
Arrêtons d's'estimer lésés
Si la vie est une pute elle fait qu'son job, c'est à dire nous baiser

x2
Trop d'idées louches dans l'esprit
Une voix m'dit "fais-le, fais-le, fais-le fric avant d'être fini"
Faut prendre des risques dans la vie
Une voix m'dit "fais-le, fais-le, fais-le vite j't'aurais averti"
Un seul pied dans la musique
Une voix m'dit "met-le, met-le deuxième avant qu'ça s'complique"
Le ghetto ça sent l'roussi
Une voix m'dit "fuis-le, fuis-le, fuis-le, fuis-le"