FANDOM

1,948,204 Pages

StarIconBronze
LangIcon
Occupation Double

This song is by Loco Locass and appears on the album Le Québec est mort, Vive le Québec ! (2012).

Montréal est en guerre, chaque rue est une tranchée
Refuser de la faire, c'est ça le vrai danger
Finir étranglés, de plus en plus étrangers
Exilés de l'intérieur et du réel retranchés
En banlieue réunis, enfin compris de son voisin, de son ami
À l'abri derrière le coupe-feu, loin du conflit
Pas des motards pis des gangs de rue
Du combat essentiel à notre survie

En périphérie des villes comme de l'histoire
Le péril est terrible de finir par y voir
Dans cette tour d'ivoire, la fin de l'histoire
Saint-ciboire ! qu'est-cé qu'y nous faut pour enfin y croire ?

Libérons-nous des libéraux d'abord
La vraie lucidité réclame un effort de mémoire
Constate les dégâts 3 mandats plus tard
Mais le moulin à paroles tourne encore plus fort

J'sais qu'j'fesse su'l même clou
Pourquoi tu penses ?
You don't have a clue ?
J'sais qu'j'fesse su'l même clou
Youhou don't have a clue ?
J'sais qu'j'fesse su'l même clou
Pourquoi tu penses ?
You don't have a clue ?
J'sais qu'j'fesse su'l même clou
No you don't have a fucking clue

Montréal, vil visage de notre aliénation
Toujours à son acmé
Et le nier, c'est masquer l'acné
Sous 20 couches de festivités
Spectrales, le colonisé, lobotomisé
En apnée d'un sommeil prolongé
Marche dans les rues de montréal
Et se parle comme en aparté

" yesterday up on the stairs
I saw a man that wasn't there
He wasn't there again today
Oh, how i wish he'd gone away "*

J'parle, j'parle du mal qui nous habite
J'parle mal mais j'en parle pis j'm'en crisse
Des castratrices qui lisent la grammaire
Grévisse comme un bréviaire
La seule faute icitte c'est de s'taire

Ti-cul, s'tu clair ?

Faut qu'tu parles, parles du mal qui nous habite
Parle du mal pour le vider au plus vite
Coupables, coupables, mais de quoi câlisse ?
De pas aimer assez ceux qui nous haïssent ?
Depuis 150 ans, ceux qui nous trahissent ?
De se méfier encore du canadianisme ?
Ô sombre visage du colonialisme

(refrain)

Le québec est en guerre et la guerre est entre nous
Larvée, les corps jonchent les pavés
Gênent à peine la bonne marche des marchés
Lucidité, efficacité, pragmatisme et tous les mots clefs
Dans la bouche de nos élites zélées, élites aliénées
C'est de l'anglais déguisé, langue d'affichage
Français de façade toute, toute lézardée

Coûte que coûte va falloir qu'on s'écoute
C'est ce putain de tabou qui nous pousse à boutte
Debout, deboutte, tous et toutes
On s'est crus revenus de tout, on est parvenus au boutte
(bis)

(refrain)

Ce monde est en guerre
Elle est en chacun de nous
Rentrée, derrière nos airs décomplexés
Affranchis affairés, toutes frontières franchies, effarés
En périphérie des villes comme de l'histoire
Les peuples terrifiés signent eux-mêmes leur arrêt de mort
En douce, dans la toute relative sécurité de leur confort
Divisés, les individus collaborent

D'accord, la mort d'un peuple, n'est pas la mort d'un homme
Mais quand la mort dans l'âme le plus vivant des hommes
S'immole ou s'enfonce une lame dans le coeur
N'est-il pas en train de crier que son peuple se meurt ?

" condamné par le doute, immobile et craintif
Je suis comme mon peuple, indécis et rêveur
Je parle à qui le veut de mon pays fictif
Le coeur plein de vertige et rongé par la peur "

Coûte que coûte va falloir qu'on s'écoute
C'est ce putain de tabou qui nous pousse à boutte
Debout, deboutte, tous et toutes
On s'est crus revenus de tout, on est parvenus au boutte
(bis)