FANDOM

1,935,118 Pages

StarIconGreen
LangIcon
​Merci Brinmin Des Coups

This song is by Julos Beaucarne and appears on the album La P'tite Gayole (1981) and on the album Bonnes acoustiques (1988).

Merci brinmin des coups, flamin
D'Inghi pou l' bocket d' bo pou rin
Qui tout intier m'a restchauffé
Quin dj'avou frou dins mes solés
"Vnez l' l'é l'estuve, qu'avez dit
En jatte dè cafè d'a co bi"
Quin les crachoulets pichoulits
M'avin cloé l'huch sous les zis

{Refrain:}
Bi sur ça n'estout ni brinmin
Mais dj'astou binaise tout in d'dins
Aujourdu dji pinse cô toudis
À c' petit bocket d' paradis

Flamin d'Inghi, oil quin vo frez
El cultrumia au r'voir dallé
Vos direz fel com en Mamzelle
Au Père Éternel

Merci brinmin des coups, coumère
Pou l' bocket d' pin yé l' petit verre
Qui tout entier m'a r'mis d'asto
Quin dji flotou devin m' palto
Quin les crachoulets pichoulits
Les malejeles, les bi rimplis
Scran d' s'impanchnés jusqu'au goyi
Rillintent dem vir desbauchi

{au Refrain}

Coumère, quin y vo faudra fait
El cultrumia au r'voir dallé
Vos direz fel com en Mamzelle
Au Père Éternel

Merci brinmin des coups, ptit fi
À vous, pti djone des Baraqui
À vous qui a devnu tout drole
Quin l' champett m'amis dins n' gayole
Quin les crachoulets pichoulits
Dichintent c'est djusse pou m'espotchi
Arliquotant leu ragaguette
Avu des airs de pun d' coupette

{au Refrain}

Baraqui quin vo faudra fait
El cultrumia au r'voir dallé
Vos direz fel com en Mamzelle
Au Père Éternel

---------------------------------------------


Traduction :
=========

Merci beaucoup, flamand
D'Enghien pour le morceau de bois pour rien
Qui tout entier m'a réchauffé
Quand j'avais froid dans mes souliers
"Venez près du feu, que vous avez dit
Il y a encore bien une tasse de café"
Quand les grassouillets pissenlits
M'avaient fermé la porte sous les yeux

{Refrain:}
Bien sûr, ce n'était pas grand chose
Mais j'étais content tout en dedans
Aujourd'hui j'y pense encore toujours
À ce petit morceau d' paradis

Flamand d'Enghien, quand vous ferez
Le cumulet dans l'au-delà
Vous irez juste comme une demoiselle
Au Père Éternel

Merci beaucoup, femme
Pour le morceau de pain et le petit verre
Qui tout entier m'a remis d'aplomb
Quand je flottais dans mon pardessus
Quand les grassouillets pissenlits
Les enquiquineurs, les bien remplis
Fatigués de s'empiffrer jusqu'au gosier
Riaient de me voir triste

Femme, quand vous ferez
Le cumulet dans l'au-delà
Vous irez juste comme une demoiselle
Au Père Éternel

Merci beaucoup à vous, petit
Petit enfant de Bohémien
À vous qui êtes devenu tout bizarre
Quand le garde-champêtre m'a mis en cage
Quand les grassouillets pissenlits
Disaient c'est juste pour m'écraser
Agitant leur crécelle
Avec des airs de fruit tout en haut de l'arbre

Bohémien, quand vous ferez
Le cumulet dans l'au-delà
Vous irez juste comme une demoiselle
Au Père Éternel