Fandom

LyricWiki

Jean Leloup:Le Dôme Lyrics

1,870,890pages on
this wiki
Add New Page
Talk0 Share

Ad blocker interference detected!


Wikia is a free-to-use site that makes money from advertising. We have a modified experience for viewers using ad blockers

Wikia is not accessible if you’ve made further modifications. Remove the custom ad blocker rule(s) and the page will load as expected.

StarIconGreen
LangIcon
Le dôme

This song is by Jean Leloup and appears on the album Le Dôme (1996).

Les oiseaux chantonnaient dans la jungle maudite
Nous marchions déjà depuis trois jours et trois nuits
Dans le silence épais protégé des lianes
Nos pas nous suivaient et moi je la précédais
Encore une fois dit-elle quand le soleil tombait
Redis-moi comment, en quel endroit, nous irons, nous allons, au dôme
Et là où nous allons ne se trouvent que des gens qui ont tout espéré
Le dôme est immense au cœur de la forêt et on dit qu'il éclaire

À des milles à la ronde, des milles à la ronde

Les oiseaux chantonnaient dans la jungle maudite
Nous marchions lentement vers le dôme aux cent noms
Elle suivait patiemment le chemin mal dessiné
Et le soir ce couchait et elle recommençait :
Dis-moi tous ces gens qui construisirent le dôme
Pourquoi n'arrivèrent-ils qu'a cette seule solution ?
La question était bonne alors je réfléchis
Référant aux échos mille fois entendus
Il y a vingt ans je crois naquit le premier fou
Puis plus tard il y eut l'épidémie
Chaque ville posséda deux ou trois de ces fous
Mais personne au début ne savait qu'ils étaient fous
Ils n'étaient anormaux que de par la faculté qu'ils avaient
De ne jamais être intéressés plus longtemps qu'une minute
À quoi que ce soit
Quelques-uns se tuèrent et les autres comprirent
Qu'il fallait rechercher un endroit où aller
C'est ainsi qu'ils bâtirent un grand dôme aux cent noms
Et on dit qu'il éclaire

À des milles à la ronde, des milles à la ronde (x4)

Et pendant que nous marchions vers la mort certaine
Je commençais à croire à la fable du dôme
Quand un jour au lever je fus saisi d'angoisse
Une sorte de vertige, une fébrilité

J'entendis la musique et je vis la lumière
Une immense boule en verre s'élevait devant nous
À l'intérieur les ombres de mes inventions
Jeunes hommes et jeunes filles répétés en centaine
Deux mille répliques parfaites de moi et de elle
Rassemblés doucement dans la sphère en cristal
Buvaient nonchalamment des verres fluorescents

La musique martelait à cent lieues à la ronde
Et l'éclairage créait les oiseaux albinos
Dont les plus surprenants étaient les cent toucans
Rouge et jaune au milieu de la nuit stroboscope

Nous allions vers le dôme et là où nous allions
Ne se trouvent que les gens qui ont tout espéré
Le dôme est immense au cœur de la forêt
Et on dit qu'il éclaire à des milles à la ronde

Au-dedans rassemblés les désespérés du temps,
Les perdus qui recherchent le paradis
On m'a dit qu'ils étaient assez jeunes et pourtant
Semble-t-il qu'ils ne font que parler lentement
À des milles à la ronde, des milles à la ronde...

Also on Fandom

Random Wiki