FANDOM

1,927,118 Pages

StarIconGreen
LangIcon
​Un Bonheur Incompréhensible

This song is by Anne Sylvestre and appears on the album Les Arbres Verts (1998) and on the live album Olympia 98 (1999).

Pendant des années j’ai senti
En m’en retournant sur Paris
Juste après le péage
Comme une odeur de bois coupé
Un parfum de sève échappée
Familière et sauvage
Je la guettais, fugitive,
De ma voiture captive
Mes narines frémissaient
Tandis que m’envahissait

Un bonheur incompréhensible
Comme un souvenir impossible
D’une autre vie, comme un regret
Ou la prescience d’un après
Où ça sentirait la résine
La planche qu’on a rabotée
La fougère et le noisetier
Moi qui suis pourtant citadine
Et même si j’ai tout mon temps
Je sais qu’une forêt m’attend

On peut croire qu’on a rêvé
Dire qu’il n’est rien arrivé
Qu'on s'est fait des idées
Une odeur, c’est bien imprécis
Et pourquoi cette odeur, ici,
Sur la route bondée ?
Je n’ai jamais eu l’audace
De rechercher cette place
Craignant de ne rien trouver
Qui puisse justifier

Ce bonheur incompréhensible
Comme un sourire irrépressible
Ou comme l’ineffable joie
Qu’on éprouve à rentrer chez soi
Où le feu brûlerait dans l’âtre
Où l’on n’aurait qu’à se poser
Dans un fauteuil se reposer
Où l’on n’aurait plus à se battre
Et même si j’ai tout mon temps
Je sais qu’une maison m’attend

Après, je suis restée longtemps
Sans faire la route et pourtant
La semaine dernière
Je m’en retournais sur Paris
Et j’avais assis deux petits
Sur la banquette arrière
Ils regardaient des images
Puis, juste après le péage
Ont soudain levé le front
Et déclaré "Ça sent bon !"

C’est sans doute incompréhensible
Je dois avoir le cœur sensible
Mais j’en ai eu les larmes aux yeux
Je n’avais pas rêvé ce lieu
Il existait, il est à prendre
Il suffit de suivre l’odeur
{x2:}
Un jour que je n’aurai pas peur
Je ne pourrai pas me méprendre
Et même si j’ai tout mon temps
Peut-être qu’un bonheur m’attend